Brigitte Neumann

Bye bye bye bye bye bye. Des petites vagues paresseuses qui éclaboussent la plage. La chaleur de midi brille sur le pays et rend les gens léthargiques. Seuls quelques-uns se sont installés ici devant les vieux bateaux de pêche. Ils somnolent sous le soleil brûlant ou regardent vers la mer. Aucun parasol n'offre une protection contre la chaleur. Le sable se glisse dans tous les pores. Le vieux pêcheur est également assis dans le sable, plus en arrière. Personne ne fait attention à lui.

Son dos tordu s'appuie contre l'un des bateaux abîmés par les intempéries. Un chapeau usé avec un large bord le protège du soleil brûlant. Il a plié les jambes et peint de petits cercles dans le sable chaud avec son gros orteil. Jusqu'à récemment, il allait en mer tous les soirs pour pêcher. Il connaît les meilleurs endroits pour les attraper. Son père le lui a montré et il le savait de son père. Toute sa vie a tourné autour de la mer, du vent, des vagues et des poissons. Il se redresse un peu, laisse vagabonder ses yeux, peint des formes anguleuses dans le sable avec ses doigts noueux et les brouille à nouveau. Son fils n'est pas un pêcheur. Déjà enfant, il préférait aider sa mère dans le petit pub du village, là-bas, sur le rocher de sable rouge et déchiqueté.

Albufeira, autrefois une petite ville de l'Algarve rocheuse, ne cesse de grandir. Depuis des années, des châteaux en béton de six à huit étages sortent de terre, l'un après l'autre. Simples, simples, blancs, fonctionnels et sobres, ils encadrent le vieux centre-ville. Ce sont des dortoirs pour les hôtes avides de soleil qui ont changé la vie de la ville et de ses habitants à long terme. De plus en plus de gens viennent chaque été.

Le petit pub est maintenant un bon pub de rue au centre de la vieille ville et la Cataplana au menu est depuis longtemps un tuyau d'initié bien connu. Ce ragoût est préparé selon une ancienne recette familiale, avec beaucoup d'oignons, des tomates mûries au soleil, des pommes de terre, des saucisses consistantes et du poisson frais, parfois aussi avec quelques crustacés. Appliquez-le dans la casserole en cuivre encore fermée et n'ouvrez le couvercle qu'à table. Le parfum épicé-fishy éveille tous les sens pour un repas copieux.

Un jeune homme s'approche du vieux pêcheur avec une casserole en cuivre. Deux cuillères se trouvent dans la poche poitrine de sa chemise colorée. Son teint sombre, ses yeux vifs et son menton à fossettes trahissent sa relation avec le vieux pêcheur. "Grand-père, j'ai quelque chose à manger", crie-t-il dès qu'il croit être à portée de voix. Le vieil homme se lève et lui fait signe de la main. Il étend un tissu dans le sable. Le garçon met le pot sur le dessus. "Viens t'asseoir ici, mon garçon", le pêcheur l'invite. Les deux s'assoient et s'arrêtent un moment avant que le vieil homme ne soulève le couvercle. Votre délicieux parfum s'élève. Ensemble, ils cuillèrent le Cataplana. "On sort encore ce soir ?" demande le garçon. Le vieux hoche la tête. Ils s'assoient en silence pendant qu'ils mangent et regardent la mer. Chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug chug. L'étendue infinie de la mer d'un bleu profond appelle avec tentation comme elle l'a été depuis l'éternité.